Juin 2006:
Camila Fernandez,
Hanna Steinunn Þorleifsdóttir
:
Le cas de Kárahnjúkar

Nous souhaiterions attirer votre attention sur le plus grand chantier hydraulique jamais entrepris en Islande (Impregilo etc.) qui a, et ceci est une première dans l'histoire de l'Islande, pour unique but d'alimenter en électricité une gigantesque fonderie américaine d'aluminium 346.000 t/an (ALCOA, Bechtel) et sur les actions que nous menons pour lutter contre la dérive manifeste des autorités islandaises dans l'exploitation outrancière de la nature islandaise au profit de quelques multinationales.

Il s'agit de la construction d'un ensemble de barrages à Karahnjukar au nord du glacier Vatnajökull, de la déviation d'une rivière glacière et de la création d'un réservoir immense. Nous souhaitons attirer l'attention sur la manière dont les autorités islandaises ont imposé ce projet sans en informer dûment la population islandaise. Ce projet est illustre parfaitement la manière dont on impose un projet (en l'occurrence un chantier gigantesque) grâce à des procédés contestables : dans le secret, les menaces ambiantes, les silences orchestrés par les médias, parvenant ainsi à se doter d'une légalité douteuse.

Pourquoi protester encore alors que le site est en fin de construction ? Nous protestons vivement malgré les pressions depuis cinq ans contre ce projet de barrages à une échelle gigantesque, contre la méthode employée, contre le principe d'intimidation, contre le refus d'informer, contre la construction de ce gigantesque chantier au mépris de la population islandaise. Karahnjukar est le symbole de ce qu'il ne faut pas faire. Nous souhaitons dire haut et fort : " Plus jamais ça " !

Le site de Karahnjukar englobe une série de barrages, déjà en fin de construction, malgré les nombreux avertissements des scientifiques, dont les rapports ont été ignorés, contre l'instabilité géologique du lieu. Les barrages sont situés sur une faille dans une zone sismique et volcanique et le versant nord de Vatnajökull (Brúarjökull) avance périodiquement (dans les années 60 pour la dernière fois) d'une dizaine de kilomètres (vers le futur réservoir et ses barrages).

Le plus grand d'entre eux, le mégabarrage hydroélectrique de Karahnjukar (193m de haut) au nord du glacier Vatnajökull, et les deux barrages de chaque côté formeront un immense réservoir, sont à eux seuls une catastrophe écologique sans précèdent en Europe qui va détruire tout un écosystème dans une zone jusque-là partiellement protégée (Kringilsárrani) dont l'électricité est destinée à fournir de l'énergie à un énorme fondeur d'aluminium appartenant à ALCOA qui doit être opérationnel en octobre 2007.
57 km2 de terres seront submergées au mois de septembre prochain pour la création du réservoir d'Halslon, ce qui va avoir un impact irréversible sur la biodiversité : sols, végétation, vie sauvage, paysages (lacs, canyons, hauts plateaux vont être inondés), climat (pollution- la fonte de l'aluminium émet du tetrafluoromethane et de l'hexafluoromethane (gaz à effet de serre) qui sont mille fois plus puissants que le dioxyde de carbone (CO2) -, fonte des glaciers) et donc sur la planète. Et ce qui ne disparaîtra pas sous l´eau risque d'être détruit par l´érosion éolienne. Alors que l'endroit a le privilège d'avoir une végétation ininterrompue du glacier jusqu'à la mer.

Selon les spécialistes le projet va affecter un total de 3000 km2, soit presque 3% de l'Islande.

Plusieurs régions sont menacées par des projets à venir. A l'invitation des autorités islandaises les multinationales font la queue :
Thjorsarver (un site sur la liste Ramsar), par exemple, au sud du glacier Hofsjökull, est en danger depuis longtemps mais il semblerait que nous soyons sur le point d'obtenir gain de cause, en ce qui concerne ce site ; les déclarations du nouveau ministre de l'environnement sont enfin rassurantes.
Cependant ALCOA projette déjà une seconde usine dans le Nord du pays, et ALCAN (au sud de Reykjavik) et Century Aluminum (au nord de Reykjavik) ont d'ores et déjà reçu le feu vert pour élargir les installations qu'elles exploitent déjà dans le Sud-Ouest de l'Islande, ce qui demande encore plus d'énergie.
Century Aluminum souhaite construire une deuxième usine près de Keflavik, à Helguvik et ALCOA souhaite construire encore une deuxième usine au nord près de Husavik.
R&D Carbon Ltd. a obtenu en avril 2005 le feu vert pour un projet hautement polluant d'usine de pile à combustible à Katanes, dans la région de Hvalfjördur, au nord de Reykjavik et ce malgré le fait qu'un site Ramsar (Grunnafjordur) à proximité va être touché.

En tout il s'agit de six usines : les deux qui existent déjà près de Reykjavik, celle de Reydarfjördur (Karahnjukar) et les trois autres en projet.

Par ailleurs, la population islandaise n'a jamais été consultée en ce qui concerne le projet, et malgré le verdict de l'Agence nationale de planification d'Islande qui conseille les autorités en matière de développement urbain, économique et technologique, le 1er août 2001 : " les conséquences à moyen et à long terme du barrage sur l´écosystème islandais sont telles que nous désapprouvons le projet de construction", la ministre de l´environnement a néanmoins approuvé le projet le 20 décembre 2001. Le silence des médias sur ce projet depuis ce jour jusqu'au vote du parlement le 8 avril 2002 est impardonnable.

La Haute Cour de Justice d'Islande a rendu un arrêt en juin 2006 invalidant la décision qui permettait à l'usine d'échapper à l'étude de son impact sur l'environnement. L'étude est en cours, malgré cela le permis de construire n'a toujours pas été invalidé : Bechtel continue la construction en toute impunité. Nous avons le malheur depuis 1999 d'avoir eu trois ministres de l'environnement qui tous ont voté pour la construction des barrages à Karahnjúkar et pour l'usine d'aluminium à Reydarfjördur.

Depuis cinq ans des protestations spontanées sans précédent en Islande se sont multipliées dans le pays dont une grande manifestation à Reykjavik en février 2003. La mobilisation internationale et les actions qui ont été menées l'été dernier en Islande, campagnes de sensibilisation, manifestations, camp de protestation sur le site de Karahnjukar, et notamment premier " lock-on " de l'histoire de l'Islande, ont eu un grand impact médiatique sur le pays... une grande manifestation a encore eu lieu en juin dernier à Reykjavik.

Le rassemblement de 2006 qui commence le 21 juillet est organisé par l'association Íslandsvinir (Les Amis de l'Islande), il aura lieu dans une zone à proximité de Kárahnjúkar.
Il incarnera la lutte contre l'écocide géant en cours sur l'île et réunira des centaines de sympathisants internationaux, d'islandais ainsi que de nombreuses associations.
Comme en janvier 2006, où des groupes de variété internationalement connus, entre autres les Islandais Sigur Ros et Björk, se sont produits lors d'un concert de soutien au combat à Reykjavik, plusieurs groupes de la scène internationale nous apporteront leur soutien actif et artistique.

Le but de ce rassemblement est d'assurer une opposition non-violente à la destruction de la nature islandaise et de ses ressources naturelles, d'informer le public des enjeux de ce plan général de développement de l'île dont nous avons fait état ici. Le rassemblement proposera de nombreux événements artistiques et politiques afin de donner un écho important au combat.


* STRAUMSVIK (Alcan) 178.000 t/an au sud de Reykjavik :
= Projet d'agrandir et de doubler la production.
[Le 31 mars 2007 : Référendum des habitants de Hafnarfjordur, ville voisine de l'usine : Veulent ils l'agrandissement de l'usine d'aluminium ? La participation est de 76,6% ; électeurs 12.752. Voir :
Sól í Straumi (ONG). 88 voix font la différence : la réponse est NON].

* GRUNDARTANGI (Century Aluminum) 90.000 t / an
= Projet d'agrandir et de doubler la production.
[Le 15 février 2006 : Autorisation du gouvernement islandais d'augmenter la production à 300.000 t/an, valable jusqu'au 1 juin 2020 ...].

* REYDARFJORDUR (Alcoa) Production prévue : 346.000 t/an. Constructeur de l'usine : Bechtel
- Vue, de Budareyri-village à Reydarfjordur et Reyðarfjordur, AVANT la construction de l'usine
= Electricité de l'ensemble des barrages de KARAHNJUKAR, le réservoir, la déviation d'une rivière.

*
REYDARFJORDUR (Alcoa) * HJORLEIFUR GUTTORMSSON : Hjorleifur est l'homme qui a réussi (jugement de la Haute Court
20/2005 le 9 juin 2005) à obtenir que le site de l'usine de Reydarfjordur subisse la procédure normale : une évaluation d'impact environnemental. L'étude est en cours, la construction de l'usine n'a cependant pas été suspendue& la construction dans ces conditions devrait être jugée illégale& ; fin de la période de consultation publique le 8 juin 2006.
[l'Agence nationale de planification d'Islande
le 31 août 2006 : EIA favorable à l'usine d'Alcoa de 346 t/a et le "projet" est autorisé ; l'usine était alors en plein construction]
La gauche verte


* REYDARFJORDUR (Alcoa) : Entre Reydarfjordur et Karahnjukar : deux lignes à haute tension, 53 km de HT.

* REYDARFJORDUR (Alcoa) : [* KARAHNJUKAR (IMPREGILO etc.): Production en électricité prévue 690 MW (barrage de Karahnjukar (hauteur 193 m), les deux barrages de chaque côté, le barrage de SAUDARA (25 m) et le barrage de DESJARA (60 m) ; longueur de ces 3 barrages : 3 km. Superficie du réservoir principal, HALSLON, surface prévue de 57 km2 ; Voir]


Projets :
* HUSAVIK Projet d'une usine d'aluminium dans le nord, à HUSAVIK (Bakki) (Alcoa) 250.000 t/an
* HELGUVIK Projet d'une usine d'aluminium prévue sur le Reykjanes à HELGUVIK (Century Aluminum) 250.000 t/an

* KATANES, Grundartangi : Projet d'usine de pile à combustible.

(les 4 à 6 mai 2007 : mise à jour des adresses)